mercredi 24 août 2016

NOX ORAE 2016 - ...Thurston Moore... - (version française)



Thurston Moore


…car la poésie, même sous une forme désincarnée* est une tentative de revenir musique…

Quelque chose à propos du sonUne façon de jouer de la guitare, dincorporer ses influencescest une énergie, un besoin furieux de renverser les paradigmesde tester des possibilités nouvellesde peindre des paysages inexplorés. Un son qui est brut, inconnu, profond, puissant mais regorgeant de savoir accumulé, de fureur à extirper, de sagesse à partagerun son, une musique, un homme qui semblent avoir dépassé la dualité, qui semblent lavoir intégré dans une totalité acceptablela matière et le néant, le bruit et le silence, le rock et le roll ne senvisagent pas comme des espaces cloisonnés par le temps mais comme des instants en vaporisation et re-matérialisation permanenteun magma bouillonnant, aux textures multiples, un mélange coloré inédit, explosant, implosant, se fragmentantoscillant du chaos le plus brutal à une sensibilité totale. Cest un chaos sensibleCest une sensibilité chaotiqueCest à propos du son de guitare de Thurston Moore

« For me writing lyrics and Sonic Youth was really coming out of a void. Confusion is Sex, writing lyrics like « Confusion is next », came out of Henry Miller. Sister came out of reading Philip K. Dick. Richard Hells lyrics were really important. Talking Heads lyrics, really important. Patti Smith, really important. These were pretty key poets within that context, working within a form that I was in, so I didnt really need to go and read Ron Padgett. »

Porject MUSE, Postmodern culture, an interview with Thurston Moore

Une sonorité particulière, des boucles de guitare superposées et répétitives qui amènent l’auditeur dans des contrées indistinctes. le concept de post-modernité s’incarne, se définit, se construit et se disloque depuis ce son, par ce son, à travers ce son, encore ce son et jusqu’au son**. Depuis la fin des 70’s, Sonic Youth a exploré cette fusion possible entre l’art et et la musique, les mots et le son, la littérature et le bruit, tissant par exemple une toile invisible entre Gerard Richter, William Burroughs, Richard Kern ou Raymond Petitbon. La peinture ou la photographie découvrent des espaces nouveaux. Le son devient un paysage encore à peindre, un négatif pas encore développé. La dualité s’évapore… elle semble flotter dans une totalité acceptable… les antagonismes dérivent ensemble dans une piscine cosmique… les hiérarchies n’existent plus… d’un fanzine de punk à une oeuvre de philosophie classique, du black métal au free jazz, des poètes underground aux écrivains mythiques, d’une performance sulfureuse à une lecture éthérée… on peut s’inspirer de tout. On peut tout intégrer  la folie du monde, la modification des corps, la déréliction des esprits, l’histoire de l’art, les magazines bon marché, l’individualisme croissant, le besoin communautaire, le chaos, la sensibilité, la sensibilité du chaos, la philosophie ou le rock n roll.

D’un enseignement de poésie désincarnée dans une université bouddhiste à un mur du son inquiétant généré avec son groupe dans un musée, d’une lecture à la publication d’un livre sur Mayhem, d’une collaboration avec un poète français à une performance de noise extrême, d’une conscience profonde de l’histoire à une libération constante des instincts, Thurston Moore semble avoir dépassé la dualité… l’avoir intégré dans une totalité acceptable…

* allusion au Jack Kerouac disembodied Poetics, un cours crée par Allen Ginsberg et Anne Waldmann à Naropa Institute. Thurston Moore enseigne là-bas chaque été.

**Allusion à une phrase d'Antonin Artaud ; " Depuis le corps, par le corps, à travers le corps,  encore le corps et jusqu'au corps" 

Dejan Gacond, La Chaux-de-Fonds, 23.08.2016








Aucun commentaire:

Publier un commentaire