lundi 7 mai 2012

délire et oscillation


Dans le délire oscillatoire de nos pensées floues, dans ces superpositions insensées d’onirisme figé, les représentations diverses coagulent dans un fatras brutal. Les songes éthérés qui avaient disparu dans l’océan du passé ressurgissent, les peur enfouies comme les envies oubliées… 

 (performance de Jean-Louis Costes dans A kaleidosocpe of nothingness..., 27.10.2011 / Bikini Test - photo : Kit Brown)

Que le corps vienne briser la représentation qui le gèle… que le mouvement comble le gouffre entre ce qui a été photographié et ce qui s’est passé. Que le corps incarne l’instant qui se consume…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire