jeudi 8 mars 2012

Pensées sur Cioran


Au-delà d’avoir été jeté dans le monde des vivants, donc du devenir-mort, Cioran a eu comme obsession cette inéluctable « chute dans le temps » de l’être dès sa venue au monde… L’écoulement fatal du rien au rien.
Attendre, contempler sa lassitude avec une incroyable lucidité septique ; l’inutilité existentielle et son flux vers la mort… pas de suicide possible car le malheur se situe avant la naissance… Horreur de la pensée, du savoir, des mots… ces dogmes humains imposant l’avant et l’après.
Il n’aspirait qu’au devenir-plante ou pierre… un soupir, un battement d’aile… un souffle  de l’éphémère dans cette sordide réalité… une respiration du néant… sortir des mots, de l’être, de l’Historie… ce n’était même plus devenir, mais advenir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire