samedi 19 avril 2014

... une aquarelle fade...

(photo : Kit Brown, 2013)

La réalité blafarde de la nuit, une aquarelle fade délavée par les intempéries du marasme… Dehors il fait froid ! 4 heures du matin… et la douleur du vide ; la douleur du rien… un temps entre parenthèse, suspendu dans le chaos insomniaque de la déraison… un flux transitoire… les sens figés… l’œil… les souvenirs, comme des photographies au grain sale, figent l’inconvenance de sa situation.

Tenter encore d’écrire un poème stupide, mais trop d’idées et pas assez de mots… incohérence des signes alors qu’il croise avec horripilation son reflet, découvre les poches sous les yeux et le tain translucide de sa peau…  



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire